Endettée par l’élection présidentielle, Valérie Pécresse annonce avoir amassé une somme de 2 millions d’euros après avoir déposé un recours au public.

Valérie Pécresse, endettée à hauteur de cinq millions d’euros après une campagne qui n’a pas respecté le plafond de remboursement de l’État, récolte aujourd’hui les fruits de son appel aux dons. Lundi, l’ancienne candidate à la présidentielle a informé ses followers sur Twitter de la bonne nouvelle, et elle en a profité pour plaider pour davantage de dons.

 

Merci à tous ceux qui, en France, ont répondu à mon appel aux dons au lendemain du premier tour, « quelles que soient leurs opinions politiques ».

C’est Valérie Pécresse qui a annoncé la nouvelle sur Twitter, lundi. Notamment en termes monétaires.

L’ancienne candidate Les Républicains a annoncé que sa campagne a reçu « deux millions d’euros » de soutien financier de la part de nos compatriotes depuis son élimination au premier tour de l’élection présidentielle.

Comment louer une voiture à bas prix ?
A lire

Il y a encore de l’espoir après cette déception

Pour lui comme pour l’ancien candidat à l’Elysée, le résultat de l’élection du 10 avril a fait de cette période un moment critique. Même ce soir-là, Valérie Pécresse n’a obtenu qu’un maigre 4,78 % du total des voix. L’une des familles politiques les plus illustres et les plus anciennes du pays a subi une défaite cuisante, puisque l’État a refusé de lui rembourser ses frais de campagne, qui s’élèvent à 7 millions d’euros, parce qu’elle n’a obtenu que 0,22 % des voix. Au final, il aurait été agréable d’avoir un peu d’aide pour nettoyer une campagne infructueuse dont le coût a été estimé entre 14 et 15 millions d’euros.

Pour couronner le tout, Valérie Pécresse a révélé dans sa vidéo postée sur Twitter lundi qu’elle s’était endettée à hauteur de cinq millions d’euros pour défendre ses convictions. Quinze jours de dons représentent environ un septième de la liste du parti Les Républicains, soit 40% de la peine personnelle du parti.

« On est encore loin du compte en banque ».

Du coup, la présidente du conseil régional d’Île-de-France commence à se ressaisir…. Le compte est encore loin, constate-t-elle, ajoutant : « Mais on en est encore loin ».

« C’est pourquoi je relance mon appel aux dons auprès de tous les Français qui m’ont accordé leur confiance mais aussi auprès de tous ceux qui partagent mes convictions mais qui par peur des extrêmes ont choisi le vote utile dès le premier tour, et enfin auprès de tous ceux qui ont à coeur de faire vivre la démocratie. » « Oui, la démocratie a un coût », avait-elle reconnu plus tôt: « Mais croyez-moi, ce coût est moins élevé que l’absence de pluralisme et de confrontation des idées. »

Pour Valérie Pécresse, le combat politique n’est jamais oublié. Le message qu’elle a adressé à la nation après avoir « félicité » Emmanuel Macron pour sa victoire a été l’occasion d’ouvrir la phase suivante de la bataille :  » Pour notre démocratie et notre pays, il est donc crucial que la droite républicaine soit vivante et influente « . « Pour le bien des élections législatives, unissons-nous et évitons de brader nos convictions. Pour le bien de la France, renforçons nos forces.