7 possibilités pour lesquelles votre gros orteil vous fait mal

Les gros orteils sont peut-être petits, mais les douleurs aux gros orteils ne le sont certainement pas !

Bien que nous ne puissions pas, comme les chimpanzés, attraper des fruits ou nous accrocher aux branches des arbres avec nos pieds, nos orteils jouent un rôle important dans le maintien de l’équilibre et la poussée lors de la marche. Donc, si votre gros orteil vous fait mal, il est important de trouver la cause du problème et de le traiter le plus rapidement possible.

Heureusement, nous pouvons vous aider ! Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des raisons les plus courantes pour lesquelles votre gros orteil peut vous faire souffrir, mais cette liste n’est évidemment pas exhaustive.

Orteil en gazon

Comme son nom l’indique, l’orteil en gazon est une blessure courante dans les sports en gazon comme le football et le rugby. Cependant, il est possible de développer un orteil de gazon dans n’importe quel sport ou activité physique : course, danse, ou même le basket-ball.

L’orteil en gazon n’est en fait qu’une entorse d’un ou de plusieurs des ligaments qui soutiennent l’articulation à la base du gros orteil. En général, c’est le résultat d’une hyperextension de l’orteil au-delà de l’amplitude de mouvement prévue.

Un incident traumatique unique, par exemple un coup sur le terrain de football qui envoie votre corps dans un sens alors que vos orteils sont bloqués en place, en est généralement la cause. Cependant, l’orteil en gazon peut aussi se développer lentement à la suite d’une surutilisation chronique.

Les signes révélateurs sont la douleur, l’enflure et la limitation des mouvements de l’articulation. Si elle survient soudainement, la douleur sera probablement instantanée, et elle peut continuer à s’aggraver au cours des 24 heures suivantes.

Orteils plantés ou cassés

Vous n’avez probablement pas besoin que nous vous expliquions ce qu’est un orteil botté. Presque tout le monde a au moins un ou deux souvenirs précis d’un orteil qui s’est écrasé contre un mur, un pied de table, un cadre de lit, un seuil, une bordure de trottoir, vous voyez le genre.

Les orteils plantés sont presque toujours douloureux, accompagnés d’une douleur lancinante, d’un gonflement localisé et d’une difficulté temporaire à marcher ou à porter des chaussures. La bonne nouvelle est que la plupart des cas sont relativement mineurs et peuvent être soulagés en suivant la thérapie RICE (repos, glaçage, compression/enveloppement de l’orteil et élévation du pied, surtout dans les 48 heures suivant la blessure).

Ceci étant dit, les orteils peuvent aussi causer des problèmes plus graves qui peuvent nécessiter un traitement plus direct de la part du médecin, surtout s’il y a des os cassés ou disloqués. Appelez  immédiatement votre médecin, un podologue ou les urgences si vous remarquez l’un des signes suivants après votre blessure à l’orteil :

  • Une douleur intense et/ou une ecchymose
  • Vous ne pouvez pas bouger l’orteil, ou le fait de le bouger augmente la douleur.
  • L’orteil semble déformé ou déplacé.
  • Engourdissement ou sensation de froid
  • Peau anormalement pâle
A lire  Comment passez outre ses prédispositions à prendre du poids

Goutte

Une douleur aiguë et soudaine dans l’articulation du gros orteil, qui survient au moment où l’on s’y attend le moins, parfois même au milieu de la nuit, est l’un des symptômes caractéristiques de la goutte. Souvent, la douleur et l’hypersensibilité peuvent être si intenses que le simple fait de poser un drap sur l’orteil peut faire mal.

La goutte est en fait une affection métabolique qui résulte de l’incapacité de l’organisme à éliminer efficacement l’acide urique de la circulation sanguine. Lorsque le taux d’acide urique est trop élevé, il peut commencer à former des cristaux pointus qui se déposent douloureusement dans les tissus entourant une articulation. (Bien que n’importe quelle articulation puisse techniquement être touchée, le gros orteil est de loin le plus fréquent).

Si vous êtes sensible aux crises de goutte, vous devez généralement éviter les aliments et les boissons riches en purines (viandes rouges et abats, crustacés, boissons alcoolisées, etc.), car les purines sont décomposées en acide urique pendant la digestion et peuvent déclencher des crises de goutte. Il faut également veiller à boire beaucoup d’eau.

Arthrose et Hallux Rigidus

La forme la plus courante d’arthrite du gros orteil est l’arthrose, autrement appelée arthrite d’usure. L’arthrose qui se produit dans l’articulation de la base du gros orteil est souvent désignée par le nom médical d’hallux rigidus. Cette affection se traduit souvent par une raideur progressive de l’orteil et une douleur lors de la marche, voire de la station debout.

Sur une longue période, le cartilage souple et caoutchouteux qui absorbe les chocs et réduit la friction dans l’articulation peut s’user et se détériorer. La capacité du corps à réparer ou à remplacer le cartilage est très limitée, donc une fois qu’il est parti, il est parti. Cela peut finir par entraîner un broyage « os contre os » et une raideur douloureuse dans l’articulation concernée.

Bien que ce processus puisse se produire naturellement avec le temps, les gros orteils sont également vulnérables à l’arthrite post-traumatique, qui est un sous-ensemble de l’arthrose affectant les articulations qui ont été précédemment blessées. Si vous avez des antécédents d’autres blessures aux orteils, le cartilage peut s’user plus rapidement, entraînant des douleurs arthritiques beaucoup plus tôt qu’ailleurs. L’arthrose peut se manifester plusieurs années après la blessure initiale, mais plusieurs années avant que les autres articulations ne deviennent arthritiques.

Arthrite rhumatoïde

Une autre possibilité est la polyarthrite rhumatoïde, ou PR, qui est une raideur articulaire causée par une réaction inflammatoire plutôt que par l’usure.

La PR est une maladie auto-immune dans laquelle le corps commence par erreur à attaquer ses propres tissus sains. Les articulations qui relient les orteils aux pieds sont souvent parmi les premières à développer des douleurs et des gonflements, mais la polyarthrite rhumatoïde peut affecter de nombreuses autres articulations dans tout le corps, ainsi que d’autres organes et systèmes (comme les yeux, le cœur et les poumons).

Oignon

Les oignons font plus que blesser votre gros orteil. Ils désalignent l’ensemble de l’orteil, de sorte qu’une bosse géante se forme à l’intérieur du pied (il s’agit en fait de la tête métatarsienne déplacée) et que l’orteil lui-même dérive vers les autres orteils (et parfois les traverse).

A lire  Le CBD peut-il aider à lutter contre la tension musculaire?

L’oignon est une déformation progressive qui ne fait qu’empirer avec le temps et ne s’améliore jamais. L’orteil dévie encore plus, la bosse s’agrandit, l’articulation devient plus rigide, la douleur augmente et il devient plus difficile de marcher.

Comme il se développe lentement, de nombreuses personnes ont tendance à ignorer leur oignon jusqu’à ce que la déformation devienne grave et douloureuse. Ne faites pas partie de ces personnes !

En vous faisant soigner le plus tôt possible, vous pouvez au moins ralentir la progression de l’oignon et minimiser la douleur que vous ressentez. Cela peut vous permettre de profiter plus longtemps de vos activités préférées et de retarder le plus longtemps possible la nécessité d’une intervention chirurgicale.

Sésamoïdite

Dans l’avant-pied, vous trouverez deux petits os appelés sésamoïdes qui ne sont pas directement reliés à d’autres os de votre corps par une articulation. Ils sont plutôt insérés dans le tendon fléchisseur, juste en dessous de l’articulation à la base du gros orteil.

Les sésamoïdes agissent comme une sorte de système de poulie qui aide le gros orteil à se déplacer en douceur, fournit un levier lors de la poussée et amortit les forces d’impact pour protéger la tête de l’os métatarsien.

Si ces os sont fracturés ou si les tendons qui s’y attachent sont irrités, cela peut entraîner non seulement des douleurs, mais aussi des difficultés à redresser ou à plier l’orteil.

Que puis-je faire pour soulager ma douleur au gros orteil ?

Comme pour tout problème douloureux que vous pourriez rencontrer avec vos pieds et vos chevilles, une visite chez votre médecin traitant ou un podologue devrait figurer en tête de votre liste de choses à faire.

Lorsqu’il s’agit de douleurs au gros orteil, de nombreuses conditions différentes peuvent produire des symptômes très similaires. Cependant, l’approche thérapeutique optimale peut être radicalement différente en fonction de la nature précise de votre blessure ou de votre affection, ainsi que de vos objectifs personnels en matière d’activité.

La façon de traiter un oignon à un stade précoce, par exemple, peut être très différente de celle qui est recommandée pour un orteil en gazon ou la goutte. Les oignons, en tant que déformation progressive, nécessitent une gestion préventive continue. L’orteil en gazon est une blessure des tissus mous qui nécessite simplement le temps et les soins nécessaires pour guérir, tandis que la goutte nécessite souvent des modifications du régime alimentaire et des médicaments.

En bref, plus tôt vous passerez pour obtenir un examen approfondi, un diagnostic précis et un plan de traitement personnalisé, mieux vous vous porterez à court et à long terme. Cela signifie moins de douleur, plus d’activité et moins de visites chez le podologue.